"Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de brouillons."
Jules Renard

Découvrir la revue HadèsDécouvrir Hadès
FAQFAQ
RechercherRechercher
Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecterSe connecter
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Liste des membresListe des membres
SignetsSignets

Renart


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   HadèsLes Forums d'HadèsTraduction en ancien français/Malnovfranca traduko Ajouter cette page à ses favoris
Voir le sujet précédent
Voir le sujet suivant



Digg it Stumble it Submit to Del.icio.us Diigo it Prefound it Reddit it Facebook it Blink it Slashdot it
Auteur Message
haha
Invité





MessagePosté le Dim 22 février 2009, 10:56    Objet : Renart Répondre en citant

S'il vous plaît, qui peut me traduire ça en ancien français ?

À peine le roi, fatigué des débats, venait-il d’en finir avec une longue séance que surviennent Chantecler et les poules se frappant de leurs paumes. Pinte la première, puis les autres, s’écrient à pleins poumons : « Par Dieu, dit-elle, nobles bêtes, chiens, loups, vous tous qui êtes ici, assistez donc une malheureuse de vos conseils ! Je hais l’heure de ma naissance. Mort, prends-moi donc, hâte-toi puisque Renart m’ôte la vie ! J’avais cinq frères, tous fils de mon père : ce voleur de Renart les mangea tous. Quelle perte immense ! Quelle cruelle douleur ! Du côté de ma mère, j’avais cinq soeurs, de jeunes vierges, des amours de poulettes. Gombert de Fresne les nourrissait, les gavait pour la ponte. Le pauvre ! À quoi bon les avoir engraissées puisque, sur les cinq, Renart ne lui en laissa jamais qu’une seule ? Toutes prirent le chemin de son gosier. Et vous qui gisez dans ce cercueil, ma douce soeur, mon amie chère, comme vous étiez tendre et grassouillette ! Comment votre soeur infortunée va-t-elle pouvoir vivre sans jamais plus vous voir ? Renart, que le feu de l’enfer vous brûle ! Combien de fois vous nous avez persécutées, pourchassées, secouées, combien de fois vous avez déchiré nos pelisses ! Combien de fois vous nous avez traquées jusqu’aux palissades ! Hier matin, devant la porte, il me jeta le cadavre de ma soeur avant de s’enfuir dans un vallon. Gombert ne possédait pas de cheval rapide et n’aurait pas pu le rattraper à pied. Je voulais engager des poursuites contre lui mais je ne trouve personne qui me rende justice, car Renart se soucie comme d’une guigne des menaces et de la colère d’autrui. »

À ces mots, la malheureuse Pinte tombe évanouie sur le pavé, aussitôt imitée par ses compagnes. Pour relever ces quatre dames, le chien, le loup et les autres bêtes se levèrent de leurs tabourets et leur aspergèrent la tête d’eau. Revenues à elles, comme nous dit l’histoire, quand elles voient le roi assis sur son trône, elles courent ensemble se jeter à ses pieds tandis que Chantecler s’agenouille et lui baigne les pieds de ses larmes.

À la vue de Chantecler, le roi est saisi de pitié pour le jeune homme. Il a poussé un grand soupir, rien au monde n’aurait pu l’en empêcher. De colère, il redresse la tête. Toutes les bêtes sans exception, même les plus courageuses - ours ou sangliers - sont remplies de peur lorsque leur suzerain se met à soupirer et à rugir. Le lièvre Couart eut si peur qu’il en eut la fièvre pendant deux jours. Toute la cour frémit à l’unisson. Le plus hardi tremble de peur. De colère, Noble redresse la queue et il s’en frappe, en proie à un tel désespoir que toute sa demeure en résonne. Puis il tint ce discours :

« Dame Pinte, dit le roi, par la foi que je dois à l’âme de mon père pour lequel je n’ai pas encore fait l’aumône aujourd’hui, votre malheur me désole et je voudrais pouvoir le réparer. Mais je veux faire venir Renart si bien que vous verrez de vos propres yeux et entendrez de vos propres oreilles combien la vengeance sera terrible : je veux le châtier de façon exemplaire pour son crime et son orgueil. »

Merci.
Cloelia
HadEpte
HadEpte


Inscrit le 02 jan 2012
Messages : 2488
Localisation : la Suède

MessagePosté le Lun 16 novembre 2015, 16:54    Objet : Répondre en citant

Le texte original est écrit en ancien français :
http://roman-de-renart.blogspot.se/2011/10/le-jugement-de-renart-lenterrement-de.html
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   HadèsLes Forums d'HadèsTraduction en ancien français/Malnovfranca traduko


Sujets liés
Sujet Réponses Derniers messages
Pas de nouveaux messages traduire un extrait du roman de Renart 1 Lun 16 novembre 2015, 15:52 Voir le dernier message
Cloelia


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages

Design réalisé par DewChugr / Forum généré par phpBB © 2001-2008 / Traduction par phpBB-fr.com